TWITTER
ACTUALITÉS / EDITO
 

Édito : Un été nostalgique

Lors de la fête des 10 ans de Demeter en juillet, il était là, chaleureux et enjoué, tout comme il l’était en 2004 lorsqu’il m’encourageait à persévérer dans la  création de  Demeter et lorsque le fonds FIDEME qu’il dirigeait a accepté d’investir dans le premier fonds Demeter, permettant ainsi son décollage.

Lui c’est Philippe Germa, homme de conviction, chaleureux, pionnier de l’écologie. Philippe avait de plus des qualités rares dans ce milieu : il était pragmatique et toujours constructif. Il savait garder un certain recul par rapport au politique et à l’urgence médiatique, ce qui lui permettait de rester objectif et rationnel dans ses choix.

Tu nous manques déjà Philippe et nous te regretterons longtemps.

Il est une autre nostalgie, mais beaucoup plus gaie celle-là, que m’a apportée cet été : la sortie de notre portefeuille de Solaire Direct. C’est la fin d’un cycle et le début d’une autre aventure pour cette équipe de fondateurs, impétueuse, visionnaire talentueuse et qui a su rester unie durant toute cette période.

C’est une grande satisfaction pour moi de voir ainsi récompensée la justesse de notre analyse prospective et de notre soutien fidèle et constant pendant ces huit années au cours desquelles l’entreprise a dû affronter plusieurs crises.

C’est vrai que le solaire nous a toujours plu chez Demeter ! D’abord pour une question d’élégance scientifique (excusez-moi cette petite facétie d’ingénieur). En effet, comme certains ne le savent peut-être pas, c’est l’effet photovoltaïque qui a permis à Einstein de démontrer que la lumière est la combinaison d’un phénomène ondulatoire et d’un phénomène corpusculaire. Il vérifia ainsi les hypothèses de Planck concernant la nature discontinue de l’énergie lumineuse et sa théorie des quanta. L’effet photovoltaïque est donc bien à l’origine de la théorie quantique, théorie qui a révolutionné la physique moderne et permis d’innombrables avancées technologiques.

C’est également cette nature physique « électronique » qui permet aux chercheurs et aux industriels d’augmenter sans cesse les performances du photovoltaïque et donc de baisser régulièrement ses couts, ce qui en fait objectivement une forme d’énergie pleine de promesses et si compétitive par rapport aux autres. La vision du « solaire compétitif », qui est le slogan de Solaire Direct depuis le début est donc particulièrement pertinent et ne doutons pas que les problèmes d’intermittence et de stockage trouveront également leurs solutions technologiques rapidement.

Evidemment c’est une grande satisfaction de voir que c’est un grand groupe français, qui a acquis Solaire Direct, que l’équipe dirigeante reste aux manettes et que votre serviteur reste administrateur à la demande de l’acquéreur, quoiqu’une sortie via un des leaders américains aurait été également une issue logique.

Après cet été agité, que vont nous réserver les mois d’automne ?

Evidemment la COP 21 à Paris va mobiliser les énergies. A ce sujet, le principal élément positif survenu cet été est bien sur le « Clean power plan » présenté par Obama le 3 aout, actant ainsi la position désormais offensive des Etats –unis (à confirmer toutefois par le congrès,  ce qui sera compliqué) : 32% de réduction des émissions de carbone des centrales électriques d’ici 2030, augmentation de la part des énergies renouvelables à 28%. Toutefois, pour rester objectifs, n’oublions pas que ce qui a fait baisser les émissions de C02 aux Etats unis ces dernières années, c’est essentiellement la substitution du charbon par le gaz de schiste, ce qui n’est pas exempt d’effets pervers environnementaux.

Chez Demeter, tout en applaudissant des engagements, nous gardons toujours un certain recul vis-à-vis de ces grandes déclarations politiques dont nous savons que la mise en œuvre réelle est toujours plus longue que prévu et qui n’apportent donc que peu de perspectives commerciales à court terme à nos entreprises. Nous restons pourtant convaincus que notre univers d’investissement est extrêmement prometteur : pour nous les maitre-mots sont innovation, technologie, infrastructure et exportation. Ce sont les thématiques que nous nous employons à mettre en pratique dans nos entreprises mais également dans nos projets de fonds en particulier dans notre projet de fonds en Chine.

Nous sommes cependant conscients du fait que le secteur des cleantechs est dépendant, pour son bonheur comme pour son malheur, des décisions politiques qui partagent avec la mécanique quantique la caractéristique d’être discontinues, non prévisibles et parfois incohérentes !

Bonne rentrée à tous.